Le Logis Renaissance

Le Logis Renaissance est daté du XVIème siècle.

L’évêque Symphorien de Bulliaud (1528-1534) commença la construction du pavillon Renaissance. Charles de Roucy (1557-1585) continua les travaux. Jérome Hennequin (1585-1619) adossera au pavillon un avant-corps à fronton et niche précédé d’un escalier en fer à cheval à deux accès, la partie gauche donnant accès à une aile aujourd’hui disparue.

Entrée du château de Septmonts, dessin de Tavernier de Jonquières, XVIIIème siècle.
© Source gallica.bnf.fr. Bibliothèque nationale de France

Simon le Gras (1624-1656) sacra Louis XIV à Reims le 7 juin 1654, il a poursuivi l’aménagement du pavillon.

Les Évêques délaissèrent Septmonts à partir de 1685 au profit de leur Palais épiscopal à Soissons, l’intérieur du pavillon Renaissance commença alors à être démonté

L’ensemble fut vendu comme Bien National à la Révolution. La famille Juvigny le revendit à Jacques-Edmond Leman en 1865. M. Leman, grand artiste peintre, a restauré le pavillon d’une manière flamboyante, a fait étendre le pavillon et instaure une symétrie sur la façade. Il recouvre les murs de tapisseries anciennes, peint lui-même une partie dans le style du XVIème siècle.

Grande salle du logis Renaissance, décorée par l’artiste peintre Leman.

Il fut occupé au début du XXème siècle par un baron espagnol, le baron d’Espeleta, reçut 2 obus sur sa toiture au cours de la 1ère guerre mondiale. Il tomba petit à petit en ruines.

Le pavillon renaissance à l’état de ruines en 1961, envahi par la végétation.

Il fut relevé d’abord par l’Association REMPART de 1978 à 1992 pour la charpente, toiture, porte et fenêtres de la tourelle carrée du pavillon.

Le logis en 1983. Les effets de 50 ans d’abandon.

Puis à partir de 1991 avec l’aide du GRETA, 10 tranches de travaux ont permis de reconstituer les façades.

Le logis vu du nord-est en 1996. La tourelle sur la droite est restaurée.

En 2005, la gestion du bâti est transférée à la Communauté d’Agglomération du Soissonnais, déclarant le parc et château d’intérêt communautaire. Les travaux de mise hors d’eau et hors d’air sont alors réalisés. L’aménagement intérieur est achevé en 2016.