Le donjon

Le donjon, « symbole de puissance, de luxe et d’ostentation », est d’allure fort peu féodale ; c’est un chef d’œuvre empreint tout à la fois de force, de majesté et de grâce.

Dès le XIIème siècle il est attesté de la présence d’un château primitif à Septmonts, propriété des évêques de Soissons. Jacques de Bazoches fait construire au début XIIIème siècle un château d’architecture militaire à Septmonts.
Simon de Bucy, jeune évêque de Soissons fait reconstruire cette forteresse vers 1370 car il fallait, en ce début de guerre de cent ans, se protéger. Il donne à ce donjon une élégance digne des contes de fées.

Vue en coupe du donjon

Le donjon et sa tour de guet d’une hauteur totale de 47m, hauteur calculée en 2014 lors de notre participation à l’émission « le village préféré des Français ».

Vue en coupe du donjon – Dessin de Bernard Ancien

En 1685, à la mort de l’évêque Charles de Bourlon, le château connut un siècle d’abandon. Un dépeçage méthodique effectué par l’épiscopat commence alors pour restaurer Soissons.
En 1738, l’évêque Fitz-James fait abattre la flèche d’ardoise du donjon.


Après la Révolution, personne ne se dispute cette ruine qui fut attribuée pour 11.500 livres à Sébastien JUVIGNY, citoyen du pays. Ensuite, les différents propriétaires ont laissé le temps faire seul son œuvre.


Après la guerre 1914 – 1918, le service des monuments historiques constate les dégâts sur la terrasse de zinc et l’ensemble des dommages du domaine.


Le 18 mars 1920, classé « monument historique » le donjon put bénéficier de restauration en 1930, dont le fleuron de la poivrière.
En septembre 1960 : la foudre renverse le fleuron !


En 1970, la dernière propriétaire, fût enchantée de confier la sauvegarde du château à l’Association des Amis de Septmonts, présidée par René LUCOT.